L’Université sans étudiants : un vieux rêve bien français

1 Comment

Pourquoi la France est-elle le seul pays développé à ne pas avoir mis en place une évaluation systématique des enseignements ? Comparé aux autres pays, c’est le particularisme le plus saisissant des universités françaises, et plus généralement de l’enseignement supérieur de notre pays. Les récentes propositions pour renforcer l’engagement pédagogique des universitaires font l’impasse sur cette question : cela en dit long sur ce tabou français ! Pas sûr que dans la compétition internationale, faire l’impasse sur les standards internationaux soient un choix rationnel…
Read More

Loi de programmation recherche : le bras de fer commence

1 Comment

L’annonce par Édouard Philippe de la mise en chantier d’une loi de programmation pluriannuelle pour la recherche pour 2020 est-elle un tournant ou un effet d’annonce comme le dénoncent certains avant même d’en connaître les contours ? Le retour sur la plus ancienne en date, celle de 1982, qui montre que cela peut-être l’occasion de changements en profondeur. Visibilité des moyens, temps long de la recherche, attractivité des carrières font leur entrée dans la réflexion, ce qui n’est pas rien. Et évidemment, les enjeux de cette loi seront, outre ses priorités, les montants affichés. Avant un éventuel bras de fer avec les syndicats, celui avec Bercy a commencé. Read More

Sigles, dénominations dans l’ESR : bienvenue en absurdie

7 Comments

Je n’y avais pas prêté attention mais un nouveau sigle a réveillé mon intérêt pour cette propension à créer des sigles ou des noms absurdes dans l’ESR français. Ce n’est d’ailleurs pas réservé à ce secteur mais là je laisse les spécialistes en analyser les raisons ! Il y a eu l’ESEN, puis l’ESENESR, nous avons désormaisl’IH2EF. Bienvenue en absurdie. Et sourions un peu ! Read More

L’ESRI toujours le dindon de la farce ?

No Comments

Absent (évidemment) du “Grand débat national”, l’ESR paie cash la méconnaissance récurrente de ses apports à la société en termes de prospérité. Il serait simpliste de le voir comme la réponse magique aux crises, tout autant réducteur d’en rester au mépris (réel) pour l’ESR d’élites formatées dans quelques grandes écoles, ou encore à l’indifférence (réelle) de la majorité de la population. Les acteurs de l’ESR paient aussi très cher leur morcellement en termes d’influence, personne ne jouant “collectif”. Pourtant, entre enseignement supérieur et R&D, ce secteur pèse directement plus de 80 milliard d’€, dont environ 50 milliards d’€ du secteur public. Secteur culturel, Armée etc. ramassent toujours la mise oubliée par l’ESR. Et je ne parle pas des chasseurs ! Read More