“Démocratie universitaire” (2) : quelle place pour l’administration ?

No Comments

J’ai abordé la question de la “démocratie universitaire” sous l’angle de la représentation dans les CA. Mais un autre aspect mérite d’être regardé, c’est celui des relations entre le pouvoir académique et le pouvoir administratif et leurs légitimités respectives. Si la place de l’administration n’équivaut pas à la représentation des personnels Biatss dans les CA , elle en dit long sur le fonctionnement efficace d’un établissement. Dans un troisième article, j’aborderai ce qui me semble être la question désormais majeure, à savoir le sentiment croissant d’un éloignement des centres de décision. Read More

“Démocratie universitaire” (1): un débat peut en cacher d’autres

5 Comments

Le débat sur l’ordonnance remet une nouvelle fois sur le tapis le concept de “démocratie universitaire” que l’on confond souvent avec collégialité. Enjeu ? Le niveau de représentation des personnels dans les CA des établissements expérimentaux, fixé à 1/3 minimum, et dont les syndicats craignent qu’il ne soit un maximum. Dans ce premier billet, je reviens sur une question : la “démocratie universitaire” est-elle la norme en France et a-t-elle les vertus qu’on lui prête ?  Dans un second billet, je reviendrai sur les relations entre pouvoir académique et pouvoir administratif. Read More

20 ans après, que reste-t-il du rapport Attali ?

3 Comments

Il y a un peu plus de 20 ans, au printemps 1998, paraissait le rapport dit Attali qui allait être un choc dans l’ESR français. De ce rapport sont nées, directement ou indirectement, toutes les réformes menées depuis. En le relisant, il est intéressant de voir que les points de blocage du système français demeurent les mêmes. Retour sur ce que l’on peut en retenir à la lumière des débats en cours avec 2 échecs majeurs : la convergence universités-grandes écoles et l’évaluation.
Read More

Pourquoi Bercy et les investisseurs privés français ne comprennent pas l’innovation

1 Comment

Le rapport Lewiner que j’ai analysé en estimant qu’il montrait une stratégie d’innovation française en échec, procède à de multiples constats. Je reviens sur une critique, qui est en quelque sorte le fil rouge de ce rapport, celle du fonctionnement de l’État et celle concomitante de l’investissement privé dans l’innovation de rupture. Cette incompréhension du lien innovation-recherche, agit négativement sur la compétitivité de notre pays. Elle ouvre aux acteurs de la recherche (universités, écoles et organismes) un chantier majeur d’influence, sous peine de voir à nouveau s’accumuler les “plans” déconnectés des réalités. Read More