No Comments

L’intervention de la police dans les campus français marque à mon sens une vraie rupture symbolique. Elle marque en quelque sorte la fin d’une spécificité universitaire, qui n’a d’ailleurs aucune base légale, appuyée sur une vision mythique de Mai 68. Et elle renforce potentiellement l’autonomie des universités et de leurs dirigeants, ces interventions n’ayant provoqué aucun réflexe de solidarité. Cette référence quasi religieuse à Mai 68 (ou à la Commune de Paris), l’historien Benjamin Stora la met en pièces en quelques mots dans une interview éclairante dans le JDD.

Le mouvement étudiant a donné lieu à un déferlement de comparaisons avec Mai 68. C’était en quelque sorte la théorie du ruissellement : une occupation, une AG allait produire ce tant attendu “grand soir” qu’annonçaient les communiqués recensant des dizaines d’universités bloquées, des AG regroupant des milliers d’étudiants.  Je crois, et c’est un peu triste, qu’une partie de celles et ceux qui véhiculaient ces déformations grossières de la réalité, y croyaient. Ce qui est plus inquiétant, c’est que de nombreux universitaires, dont le métier est quand même de distinguer faits et croyances, les ont relayées. Et sont restés silencieux (pas d’appel dans Libération ou Le Monde par exemple) pour condamner ce qu’il s’est passé à Tolbiac : dénonciation de “l’impérialisme gay” et autres slogans démocratiques.

On a pu ainsi voir sur Arte, un sociologue de l’Ehess justifiant, penaud, le fait qu’il avait cru à l’histoire du fameux blessé/mort introuvable de Tolbiac. Pour quelle raison ? Parce qu’il y avait dans notre pays des violences policières ! Faits d’un côté, croyances de l’autre. On reviendra donc, pour plus de réflexion, à celle de mon ami l’universitaire et historien Benjamin Stora. Notant que Mai 68 avait effacé “les différences d’origine sociale, et que les jeunesses sont aujourd’hui beaucoup plus divisées et segmentées”, il souligne qu’entre “un jeune de banlieue qui va trouver son salut dans Uber et un étudiant en sociologie à la fac, il y a un fossé.”  Il aurait pu ajouter qu’à voir certains textes, ce fossé pourrait concerner également quelques sociologues universitaires !

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire