Classement de Shanghai : 4 leçons à méditer

5 Comments

C’est le feuilleton traditionnel de l’ESR : la publication en plein mois d’août du classement de Shanghai avec ses multiples réactions et commentaires. Au-delà du classement lui-même, on peut en tirer trois leçons générales sur le système : méconnaissance, déni, hypocrisie. Mais aussi une quatrième : vu leurs financements et leur organisation, les universités françaises s’en sortent bien. Mais le font-elles savoir pour exiger une remise à niveau ? Ne serait-ce pas l’occasion de mettre, en toute transparence, toutes les cartes sur la table ?
Read More

La transparence : le nouvel impératif catégorique des établissements

No Comments

Alors qu’un “refinancement” des universités et un alignement de leur dépense par étudiant sur les CPGE est un enjeu majeur, les universités vont devoir convaincre. Et pour cela la transparence est un outil incontournable pour casser la spirale d’une image dégradée et combattre la défiance. Montrer et valoriser ses forces, ne pas cacher ses défauts, c’est le commencement de la confiance ! Read More

Nouvelle législature et ESR : une hypothèse iconoclaste…

1 Comment

Donc, pour avoir un pays gouvernable, il va falloir faire des compromis. Compromis, oui mais quel compromis ? Pour l’ESR, comme pour le reste, avec qui et sur quoi ? Face à des positions souvent irréconciliables au niveau national, posons-nous une question : et si, dans un secteur adepte des compromis permanents, l’enjeu de ces compromis favorisait paradoxalement une nouvelle étape pour l’autonomie ? Avec un “créneau” étroit, à la fois pour les établissements mais aussi pour la ministre. Explications aussi sur l’hypothèse d’un 3ème tour social à l’université. Read More

La gauche et l’ESR : le programme de la NUPES

1 Comment

Alors que côté E. Macron, le programme ESR public de LREM et ses alliés s’est réduit à son intervention devant France Universités, il faut reconnaître au programme de la NUPES un travail assez complet sur le secteur de l’ESR, à vrai dire largement inspiré de celui de la France Insoumise : là aussi, LFI a eu un temps d’avance sur le PS et EELV ! Mais au-delà des bons et des mauvais points possibles sur telle ou telle proposition, il est utile de se pencher sur un aspect de leurs conséquences : l’acceptabilité. Et c’est paradoxalement son gros point faible avec son double langage sur la sélection.
Read More