Une loi recherche en quête de confiance

No Comments

L’annonce gouvernementale d’une hausse des moyens dans le cadre de la LPPR n’y change rien, la fin des Comue non plus : meccanos institutionnels permanents et dénaturation de l’ANR ont généré au mieux scepticisme, au pire découragement et souvent défiance. Face à des communautés académiques plus résignées que contestatrices, la confiance n’est pour l’instant pas au rendez-vous. D’autant que les attentes sont contradictoires avec des clivages forts issus de la hiérarchie des financements. La recapitalisation de l’ANR suffira-t-elle à recoller les morceaux ? Read More

Mon abécédaire 2020 et 5 textes à lire absolument

2 Comments

Je vous propose de partager quelques humeurs (bonnes ou mauvaises) pour 2020 avec un abécédaire de l’année 2020 et 5 textes que je recommande. Ceci est totalement subjectif mais assumé ! Peut-être cela rencontrera-t-il chez vous, chères lectrices et lecteurs (de plus en plus nombreux, merci !) un écho favorable ou à l’inverse cela suscitera des remarques acerbes. Débattons ! Loin du complotisme ou des discours haineux, je vous souhaite une bonne année 2020 ! Surtout avec la fin annoncée des Comue !
Read More

Un peu d’histoire : 2004, le “big bang” avorté du CNRS

No Comments

Si l’on a beaucoup évoqué les 80 ans du CNRS, et ses glorieux anciens, j’apporte ma pierre, certes un peu triviale, en revenant sur ces 15 dernières années. Car elles éclairent les polémiques et tensions permanentes entres universités et CNRS, quoiqu’en disent publiquement les acteurs ! Ainsi, le plan élaboré en 2004, en plein mouvement des chercheurs avec Sauvons la Recherche, par Gérard Mégie et Bernard Larrouturou mérite d’être relu à la lumière des objectifs probablement très limités de la loi Recherche en termes de pilotage et d’organisation du système. Read More

Ma chronique du dernier livre de Ch. Musselin

No Comments

A ses nombreuses publications, devenues des références, Christine Musselin ajoute désormais un opus bien particulier : ses propositions pour l’université. Elle entre donc dans l’arène qui sépare l’analyse de l’action, ou du moins la proposition de solutions. Elle se soumet par là-même à une critique d’une autre nature ! Je vais essayer modestement, de formuler la mienne, celle d’un “observateur empirique”. En m’attardant sur les points sur lesquels elle apporte un regard décapant (recrutement, HCERES) mais aussi sur des propositions sur la gouvernance qui me semblent de ‘fausses bonnes idées’ et enfin sur une impasse sur les organismes de recherche qui affaiblit son propos. Read More