“Littéraires” de tout le pays, unissez-vous !

No Comments

Quoi de plus inutile qu’un (e)”littéraire” ? Le cliché de l’université “usine à chômeurs” vient en grande partie de cette affirmation, issue de l’époque où ces diplômés n’avaient pour seuls débouchés que l’enseignement, et plus généralement la fonction publique. Comme tous les clichés, il a la vie dure, renforcé malheureusement par celles et ceux qui défendent les ‘littéraires’ au nom des “savoirs désintéressés.” Et bien non, ce sont justement des savoirs “intéressés”, intéressés au sens du monde et de ses évolutions, intéressés à la compréhension de l’humain, des signes et des signaux faibles, entre autres.   Read More

Maths : des “bons” de moins en moins nombreux, what else ?

8 Comments

La réouverture, ou non des universités, le mal-être des étudiants, les drames même, mais aussi la souffrance des enseignants-chercheurs sont des questions évidemment majeures. Mais je m’attache aujourd’hui à une chose insignifiante qui n’aura aucune influence sur l’Université et la science de demain, sur le profil de ses chercheurs/euses ou encore sur l’innovation : la descente aux enfers des compétences mathématiques des élèves français. L’étude TIMMS n’a soulevé que des réactions convenues. Il est vrai qu’il n’y a pas de coupable étranger (Gafa, multinationales, réseaux sociaux etc.) mais seulement l’accumulation des errements du système éducatif français depuis des décennies. Mais paradoxalement, dans notre système hyper élitiste, le fait que les “bons” soient de moins en moins nombreux pourrait être l’occasion de faire bouger les lignes.
Read More

Chronique optimiste des évolutions de l’ESR

2 Comments

Les crises révèlent toujours des tendances à l’œuvre depuis longtemps, et les accélèrent. Celle que nous connaissons met aux prises 2 réalités de l’ESR : une nationale, top down, avec peu de prise sur le réel, l’autre, bottom-up, ancrée dans les territoires et obligée de trouver des solutions. Dans la suite de mes questionnements, j’ai envie (c’est mon naturel) d’être optimiste : et si c’était l’occasion de mettre à plat les défauts et dysfonctionnements du système français ? Et de s’appuyer sur l’énergie que révèle son incroyable mobilisation. Rêvons un peu. Read More

Business schools : après la glasnost imposée, la perestroïka ?

No Comments